PATRIMOINE

Histoire

Historique

Les origines de Colmesnil- Manneville remonte à la conquête de la Normandie par Rollon, concrétisée par le traité de Saint Clair sur Epte signé en 911.

Le nom de COLMESNIL vient de l’apposition du bas-latin « mansionile » qui donne en ancien français : MESNIL signifiant « domaine rural » à un nom de personne d’origine scandinave : KOLI*, qui se serait installé ici.

Le nom de MANNEVILLE apposé à celui de COLMESNIL apparait au XVII ème siècle, lorsque la famille du même nom prend possession du fief.

Cette famille originaire de Dieppe, était de riches bourgeois, ayant fait fortune comme armateurs, et fut anoblie en 1470. Elle connait son apogée avec François Bonaventure*, qui fut gouverneur de la ville de Dieppe, ambassadeur à Venise, surintendant des finances et garde des sceaux en 1672.
Il fit construire un magnifique château* sur les terres élevées en marquisat de CHARLEMESNIL*, par lettres patentes du roi Louis XIV, précisément dans le hameau, qui est devenu « Gennetuit » en 1910. Cette superbe demeure n’a pas survécu à l’extinction de la lignée des Manneville à la révolution. Il ne reste aujourd’hui que certaines dépendances, utilisées pour les besoins de l’exploitation agricole des propriétaires actuels.

Plan du château

Jusqu’en 1801, la commune dénommée Manneville-Colmesnil fait partie du canton d’Arques, puis devient Colmesnil-Manneville, rattachée au canton d’Offranville, qui compte 34 communes.

En 1852, un projet de fusion de communes entre Colmesnil et Sauqueville est étudié mais finalement ne verra pas le jour.

En 1866, Colmesnil compte une épicerie, un boucher, un débit d’eau de vie, un marchand de moutons et un marchand de grains. (Au XVII ème siècle, des telliers* fabriquaient et vendaient des toiles au village.)

Une des particularités de Colmesnil, à cette époque est d’avoir une école mixte, avec 24 garçons et 2 filles.

La mairie-école sera construite en 1884 quand Jules Ferry rend l’école obligatoire.

En 1912, la famille Bellet, agriculteurs d’origine, crée la pépinière du même nom, qui ne cessera de se développer au fil du temps et fait connaitre le village de Colmesnil.

* Il est à noter que les mots de couleur verte dans ce texte ont permis de nommer les rues de notre commune en 2006.

Eglise

L’église Saint Georges

Ancienne chapelle, l’église de Colmesnil date du XII ème siècle, mais il ne reste de cette époque que quelques contreforts en tuf de l’ancienne nef. Elle fut presque totalement reconstruite en 1699 – 1700 par le comte Etienne-Joseph de Manneville, qui en modifia l’orientation, désormais nord-sud.

Composée de briques et de grès, surmontée d’un toit en ardoises, l’église a fait l’objet d’une réhabilitation interne dans les années 2000, avec reprise des plafonds bois en coque de bateau et des murs intérieurs, sablés dans le chœur et sur la partie nord.

Les armoiries de la famille de Manneville : un aigle à deux têtes, ont été restaurées.

Dédiée à Saint Georges, l’église recèle une belle statue en bois du saint du XVII ème siècle. Chaque année, un office religieux a lieu le dimanche qui suit la Saint Georges, fêté le 23 avril. On peut remarquer que des rubans sont accrochés sur la statue, signe de demande de guérison pour les maladies de peau.

En 2012, un vitrail dessiné par Mr Waravka et réalisé par l’atelier Gouty a été installé dans le chœur. Financé par des dons, celui-ci se veut un symbole du village au XXIème siècle.

Environnement

Nichée dans un écrin de verdure, Colmesnil est riche d’un patrimoine paysager encore existant par la présence de talus plantés de hêtres, symbole du Pays de Caux.

Une étude co-financée par le département et la communauté d’agglomération « Dieppe-Maritime » en 2006, a permis de faire un inventaire paysager afin d’envisager les pistes pour soutenir l’entretien, le renouvellement ou la création de haies de hêtres ou d’essences locales.

La municipalité soutient financièrement la création de ces haies. (plus de détail…)

Economie

Essentiellement agricole, la commune compte une pépinière et deux exploitations agricoles.

Une entreprise de peinture est également installée à Gennetuit : l’entreprise LOUVET.

La pépinière BELLET : une institution à Colmesnil

L’entreprise s’est développée, surtout après la 2 ème Guerre Mondiale, avec les besoins de l’époque, à savoir se nourrir. Mr Bellet s’oriente donc dans la vente d’arbres fruitiers et de graines fourragères. Dans les années 60, l’autosuffisance alimentaire atteinte, l’entreprise se diversifie dans les plantes ornementales. Elle acquiert sa notoriété en proposant des produits de qualité et des conseils avisés, sur les marchés locaux, Bacqueville, Auffay et Dieppe et à la pépinière même. Son fils Bertand poursuit le travail engagé avec autant de passion et professionnalisme.
Depuis 2012, les pépinières Bellet sont gérées par Mr et Mme De La Doucette qui personnalisent l’entreprise et ont ouvert un salon de thé à l’été 2014.

Site internet « Les jardins de Colmesnil »

Les deux exploitations agricoles appartiennent aux mêmes familles depuis les années 1850, les Dufour à Colmesnil et les Dupuis, à Gennetuit sur l’ancienne propriété des Manneville.